Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean-Michel PUCCINELLI, vainqueur du Mondial LA MARSEILLAISE 2018

Pour ma part, je préfère me remémorer tous ces instants charmants où Jean me parlait, me caressait, m’embrassait, me houspillait ou m’encourageait. Ensemble nous avons fait les quatre cents coups, parcouru des kilomètres et des kilomètres, de Millau à Paris en passant bien entendu par le Parc Borély de Marseille, nous avons exploré tant de terrains de jeu. Notre entente était si parfaite que ses congénères l’ont parfois accusé à tort de m’avoir dopée, au mercure je crois, m’ont traitée de capricieuse ou de « fadade », ils l’ont même soupçonné d’être cocu lorsque je réalisais un exploit que seule « la Bonne Mère » aurait été capable d’accomplir...
Combien de fois ai-je entendu tant de propos désagréables ?
Mais combien de fois également ai-je été félicitée pour avoir atteint le but de si près ?
Dans la minute qui suivait, irrémédiablement on me tapait en pleine gueule, sur la tête ou sur les oreilles, parfois je m’en sortais avec juste une casquette. Bien plus agréable à supporter qu’un carreau ou un palet qui m’envoyait heurter irrémédiablement de plein fouet le bois, le banc ou pire, une copine. Sûr, des coups j’en ai pris, souvent bousculée, parfois égratignée, mais jamais je n’aurais imaginé finir là, brisée en deux, sous l’œil moqueur de mes partenaires et le regard perplexe des hommes, en particulier celui de mon Jean tout hagard avec son chiffon et son aimant, s’adressant tendrement à mes deux sœurs devenues pour le coup orphelines.

Vraiment pas facile la vie d’une boule de pétanque de compétition, même quand on est née Aubute

S.ROBINEAU-H.LACROIX-D.ROCHER : la "Dream Team" en 2017 au Parc BORÉLY

 

Tag(s) : #actu, #breves, #sports
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :