Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Probablement le plus bel exemple de filiation rugbystique, la famille CAMBÉRABÉRO est proche de la dynastie. Tout a débuté quand le landais Robert a pu s’enorgueillir d’être le géniteur de la paire de demis des Bleus de 1967-68, Lilian (n°9) et Guy (n°10), surnommés « les lutins de la Voulte ».

Les Champions de France 1970 avec le club ardéchois ont ensuite engendré tant et tant de vocations, à commencer par celles de Gilles (n°9) et Didier (n°10), les fils de Guy et donc neveux de Lilian. La charnière Voultaine de la génération suivante perpétrera la tradition familiale au plus haut niveau. Après les 70’s et les 90’s, Mathieu, dernier-né des « CAMBÉ » tentait à son tour de se faire un prénom dans les années 2010, inutile de préciser qu’il jouait alors... demi de mêlée.

Pour l’anecdote, j’avais bien essayé de récupérer le ballon du match dans les mains de Didier (ce 31/10/92 face aux Springboks) mais il l’avait égoïstement, et élégamment, planqué sous son maillot des Barbarians, tunique à peine souillée qu’il portait pour la première fois au Stadium Nord. J’aurais pu lui dire que j’adore le numéro neuf depuis toujours... et que j'avais payé ma place 110 francs.

#nostalgie #rugbydepapa #filsdepote

Tag(s) : #sports
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :