Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Braves, vaillants, les preux n’en sont pas moins des pestiférés, malades dont la simplicité, l’inexpérience va jusqu’à la bêtise, définition même des niais. Pas du genre à moquer le PSG comme de simples vulgaires Marseillais, joueurs ou supporters, de l’OM ou du Bayern (le gardien NEUER a twitté depuis le « Vélédrome » sic), j’ai bien aimé la réaction de LUCAS, natif de la cité phocéenne, la tête enfoncée jusqu’aux épaules dans la C1, les PAVARD, TOLISSO et autre COMAN (dont je vous avais parlé ici), parisien de formation, heureux comme des gamins nés bien après le 26 mai 1993. Sur les plateaux tv, le debrief constate l’échec des stars parisiennes, pour une fois qu’il y avait une adversité… En toute philosophie les grigris étaient sortis en ce jour symbolique du 1er match en 1970, qui du maillot légendaire « Daniel Hechter », qui la tunique jaune aux couleurs du Brésil de Neymar, qui le portrait de Sόcrates (frère de Raì, capitaine emblématique du PSG) devenu, par un pli malicieux lors de la mi-temps, le futur convoité CR7 ! Des symboles en veux-tu en voilà, afin de décrocher la fameuse étoile qui échappe encore et toujours au club du Qatar SG, « Ici c’est fini », nouveau slogan à la mode un peu partout en dehors de la capitale.

 

À jamais les preux, niais !À jamais les preux, niais !
À jamais les preux, niais !
Tag(s) : #actu, #breves, #sports
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :