Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

On entend dire que sur la côte les touristes sont des plumets, comprendre en sous-titre qu’il est aisé de les pigeonner : « Papa, c’est quoi cette mouette ? »

Fascié en Adidas tel la huppe à 3 bandes, comme la houppe au faciès en dadais, on a souvent envie d’étrangler celui qui confond mouette et goéland, l’étranger dans toute sa splendeur. De huppe, le français est passé à dupe, et par extension pigeon plus fréquent et facile à plumer, par manque de poigne certainement.

Si le sommet du coin s’appelle Bertagne, ce ne sont pas des mouettes, qui nichent plutôt en Bretagne, mais bien des gros goélands qui ne viennent pas non plus du Groenland, bien que pas rapides, puisque chacun sait que le gros en est lent.

Pour ne pas se (vous) tromper, le provençal trempé dans l’occitan, a choisi gabian pour désigner celui qui se baigna ici, oiseau de bon/mauvais augure/auspice selon les circonstances ; le gabelou adepte du boulage de pain (donner à bouffer à des pigeons idiots ou à un bélouga), est également montré du doigt accusateur (en général, le majeur) depuis qu’il désigne aussi douaniers (du temps du dinosaure) ou gendarmes (pyrrhocores, pire au corps).

Puisque la faune (Patrice ? pas triste) est de retour avec la fable animalière ici-même, à la question initiale ma réponse fusait, désormais pour tout Parisien la mouette est… chandon ! Vite, une aspirine... avec des bulles !

Tag(s) : #breves, #fables, #dcdl

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :