Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Après on s’étonne que certains coachs étrangers, comme actuellement au PSG ou à l’OM, ne veulent pas apprendre la langue de Molière. On nous reproche de ne pas exporter nos entraîneurs par manque de maîtrise des autres langues, pourtant les hispanophones Maurice Petitepoche ou Georges Centpasaulit en font de même, alors que les Tuche, AVB ou Bosz avaient fait des efforts, eux. Si l’Argentin de Paris a l’habitude de retourner vivre à Londres régulièrement (et bientôt ?) avec sa famille, celui de la première ville de province a l’excuse de certains voisins, parfois envahissants et pas vraiment à même de lui apprendre le bon vocabulaire. Que ce soit dans les travées du Vélodrome ou l’autre soir en voyant JS refaire le signe de JuL avec ses doigts, plutôt que ses mains d’ailleurs (au soir de la victoire en terre girondine), ça m’a plongé dans une détresse quasi abyssale ; je rêverai de lui apprendre des termes comme « mandibule » (lui qui les desserre rarement), « panicule » (ou paniculé) voire carrément « pandiculer » à lui l’explosif excité de service qui réveillerait tout un peuple, mais il ne retiendra de son passage marseillais que des fumigènes à Marignane, quand Mehdi bulle en pleine nuit ou des band’inculés qui écoutent du « Roule » à plus de 100 (« le sang ») en ville ou le double sur l’autoroute.

Tag(s) : #breves, #sports, #dcdl
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :