Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NAGUIGNOL

Bull Marine et fion national

22 Mai 2013 , Rédigé par NAGUIGNOL Publié dans #actu, #breves, #politique

Il y a 30 ans la fille à Gianni (vous savez l’émigrée qui n’est pas morte du sida même après avoir embrassé Masure, lequel a fini dans le placard de sa demeure) chantait à moitié nue au fond d’une piscine « T'as touché le fond de la piscine, De ton petit boule, Marine » ou quelque chose du genre.

Trop petite, la Marine hier, n’était pas encore à la mode puisqu’on a dû attendre les années 2010 pour voir les blacks et les beurs porter la tunique à rayures en Equipe de France, et même le ministre du redressement productif arborer fièrement la tendance du moment.

Aussi célèbres que ceux de Loana, les ébats de la belle ont résonné jusque dans la demeure familiale de Saint-Cloud où la jeune Marion (Anne Perrine) d’alors voulait se faire un prénom. « Si Marine t’avais une piscine, on te casserait le fion, Marion ! » chambraient méchamment les petits camarades de la future cheftaine du Fion National.

Devenue un vrai Bull (dozzer) Marine, la loi de la Gravité a eu raison de celle qui en jardinant trop près d’une piscine vide, tomba à la renverse se fracassant le boule (taureau en anglais, mais cul en argot) plutôt que la cervelle. Et la chanson de revenir à la mode « Avant de toucher le fond, Je descends à reculons, Sans trop savoir ce qui se passait dans le fion ».

En lisant de travers le tweet « fracture du sacrum », le père de l’extrême droite en France, Domi Nique Enervé, a compris « fracture du sacré, ce sera long et ce sera douloureux » et mis fin à ses jours, en brûlant le peu de cervelle qu’il lui restait sur l’autel de Notre-Dame, histoire de protester contre le mariage gay. Sacrilège !

Le bénitier étant visiblement trop plein, la grande Marion (la petite étant Maréchal), Godniche puis Barjot, ont cherché à exprimer les raisons d’un tel geste alors que tout était écrit depuis longtemps : « Retrouve-moi au fond d'la piscine, Avant qu'ça m'assassine De continuer sans toi. Tu peux compter sur moi : J'te referai plus l'plan d'la star Qui a toujours ses coups de cafard.»

Au lieu de l’admirer monter les marches de Cannes, on ne nous parle que de son tube planétaire de 1983, quelle tristesse, Isabelle Yasmina tu nous manques…

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Brève qui n'a ni queue ni tête mais pas... sans fondement :-)<br /> <br /> Pour info, son père algérien ne s'appelait pas Gianni mais Mohammed Chérif Adjani...et sa mère Emma Schweinberger (surnommée Gusti) était bavaroise !
Répondre