Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Putain con, stronzo, maricon, putana (y su hijo)… tous nos jurons ou doigts n’y suffiront plus, à nous vrais fans du ballon rond, nous tous purs socios hasta D I 💔 G O. Sur nos plasmas, pourtant un soir 100% Champion’s, occultant un si banal OM-Porto, on voit partout:« Conmociòn mundial : muriò D.Armando MARADONA »
On lit DM10 disparu, parti tôt, mi corazon, 60 balais n’ont pas suffi, « Black Thursday » promo du prix au rabais, « mala vida » chantait Manu Chao, la Mano aussi a dit « adios » à son papa.
Putain d’infarctus, putain d’camion, putain d’coronavirus.
À Rosario, Tokyo ou Paris, à Boca juniors, au Barça, au Napoli, partout au pays azur y blanco, l’AFA ou Pumas du rugby, la misma cosa du calicot « D10S », trois jours au moins pour un mort dont on voudra applaudir à tout jamais son nom.
Hasta la vista, baby !
D’aucuns saliront mon brassard noir, parlant mafia, camorra, stups, surpoids, coca, handicap, Castro, Cuba… pourtant un gars sympa, non banal, aux crampons d’or, qui attrapa un jour la main d’un tout-puissant, ou a contrario un lointain paradis blanc voulant un bon copain à Satan.

À part Johann Cruyff ou Johnny Hallyday, Platini ou Madonna, la rock star n’aura plus son aura-là, « nunca mas » un don divin d’un sport ou d’un chant aujourd’hui disparus, dits « à la papa ».
Tchao ou Ciao Armando, Salut ô grand D.A.M, Adios D10S, à la tv, à la radio, partout à l'horizon couchant un n°10 disparaîtra dans la luz pour... jamais !

Tag(s) : #actu, #sports
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :